Partage de midi de Paul Claudel


Direction et mise en scène Emile Azzi

Avec Valentin de Carbonnières, Philippe Michel, Emile Azzi et Valentine Galey

DATES PROCHAINES :

FESTIVAL D'AVIGNON DU 8 AU 30 JUILLET 2017 A 14H30
Au Théâtre du Tremplin, 8 ter rue Cornue AVIGNON
RESERVATIONS : 04 90 85 05 00
Tous les jours pairs : 8, 10, 12, 14, 16, 18, 20, 22, 24, 26, 28, 30
Durée 2h

"SI UNE CHOSE VOUS MANQUE,

C'EST QU'ELLE EXISTE"


Une mer les sépare,

Un océan les réunit.

Le Partage de midi nous entraîne au cœur d'une traversée, d'un huis clos, d'un aller sans retour c'est "l'Impossibilité de l'arrêt en aucun lieu". Sous un océan calme et paisible se cache un abysse de sentiments. Un abyme où se déchaînent les passions. Le Partage crache et déverse dans une embuscade volcanique le flux et le reflux d'une poésie au plus près des élans de l'âme. Un maelstrom de désirs, un tourbillon dévastateur sans moral ni jugement où le péché est porté à son paroxysme.

L'auteur se dévoile au travers de sa propre histoire et touche à l'universel. Ici les limites n'existent plus et chacun de nous se retrouve à travers chaque personnage. Ysé, Mesa, Amalric et De Ciz cherchent à se réaliser. Ils cherchent leur moitié. Sans place, ni lieu, ils vaguent à la quête d'un ailleurs qu'ils n'ont pas trouvé. Ils sont exilés du monde et vont passer la ligne du sans retour.

A travers le destin tragique, un quatuor de voix, un opéra d'une poésie époustouflante où on assiste à la transformation des personnages. Ancrés dans un monde physique et matériel ils se métamorphosent sous nos yeux en créature de Dieu dans un processus de réalisation de soi que seule la passion permet. Mesa est habité et animé d'un désir d'absolu qui absorbe progressivement le moyen vital des autres personnages. L'œuvre atteint l'impossible, la pureté, le sommet lorsque le mal et le péché deviennent sacrés dans une communion divine.

Quête, désir, possession, néant, chaos, déchirement, rupture, vocation, spiritualité, infidélité, amitié, trahison, reniement, haine, jalousie, égoïsme, passion, l'amour, la mort… sont les sujets de ce drame. La rencontre avec l’autre prêtent à l'histoire toute sont essence et chacun de ses traits. Le Partage de midi est un feu dévastateur. La passion amoureuse entre Ysé et Mesa donne à l'œuvre toute sa dimension ineffable. Seul le don de soi, l'abandon et l'oubli sont les clefs qui permettent le salut, mais à quel prix ?

Les héros de ce drame sont à la recherche de cet "Autre" qui peut être : Dieu ? La femme ? L’autre ? Seule la rencontre permet de se trouver. L’amour est ici dessiné sous toutes ses formes allant du désir, de la passion à la possession. Mais lorsque le chemin qui mène à soi même et à l’être élu est confronté à une lutte des aspirations et des intérêts, le drame est alors inévitable. Le Partage de midi nous ouvre tout les horizons et les possibles. L’œuvre dévoile dans une pureté poétique et dans le silence de l’abyme à travers la perte de tout jugement, de tous les repères, l’anéantissement du "moi" et de "l'ego" pour atteindre l’autre véritablement et le "soi absolu". La chair ici désire contre l’esprit et chacune des relations entre les personnages est un mystère où la parole devient vitale.

L’œuvre est un Appel à la vie, UN HYMNE A LA MER, UN HYMNE A L'AMOUR, à l’Espoir. Dans la catharsis des sentiments l'oeuvre permet de retrouver cette aspiration vers un idéal. En cela elle est intemporelle et universelle et nous parle de « l’aujourd’hui » avec un verset claudélien qui n’a d’égal que son auteur et sa beauté scénique.

Comments (0)

  1. Aucun commentaire pour le moment.

    Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.

CAPTCHA ERROR!
captcha